Il fut un temps que certains n’ont pas connu, c’était compliqué de créer un site web, de faire des visuels pour la com ou même créer un simple sondage. Il fallait même les coder soi-même! Depuis, il y a de tout: googleform et autres wix ont changé la donne. Et, pour nous autres entrepreneurs, rien n’est plus simple pour se lancer qu’utiliser les nombreux outils. Faisons un peu le point d’abord sur quelques outils. Ensuite, nous aborderons quelques points sensibles pour conclure sur quelques limites.

Quelques outils qui méritent d’être connus

Typeform

Moins connu que googleform, Typeform mérite d’être connu: en effet, le rendu visuel est bien meilleur et surtout, l’ergonomie! Il y a même des raccourcis clavier pour faciliter les réponses. Bon, la limite, c’est qu’au dela de 100 réponses, il faut sortir la CB. Cela vaut le coût et le coup: davantage de réponses car plus soigné et cela fait tellement plus « pro ».

Crello

Crello (il y a aussi Canva) est un chouette outil qui aider pour communiquer sur les réseaux sociaux: pas besoin de connaître les différents formats, tout est géré par le site. De nombreux éléments visuels gratuits et payant vous aider et vous inspirent pour de la communication impactante. Ca ne vaut pas un professionnel avec Affinity Design ou Adobe Photoshop, mais cela fait le café en attendant d’être assez riche pour ça!

Trello

Avec un nom très proche du précédent, mais très différent, Trello gère les listes de tâche à faire. Ainsi vous pouvez avoir des genres de post-it dans des colonnes « a faire », « en cours » et « terminé ». Vous pouvez avoir dans ces notes, des listes, des messages entre collaborateurs et même des dates butoir. Idéal pour une équipe ou communiquer avec un client.

Strikingly

Dans le même principe que Wix, mais, que je trouve davantage impactant visuellement, il y a Strikingly. C’est le même principe: des glissés déposés, quelques menus simples et vous avez votre site vitrine en ligne en moins de temps qu’il faut pour le dire.

Les points sensibles

Vous connaissez peut être l’adage: « quand c’est gratuit, c’est vous la marchandise ». Il faut toujours se demander quel est le modèle économique de l’outil gratuit utilisé. Ceux que j’ai donné sont sur le principe du freemium: si vous utilisez un peu de l’outil, c’est gratuit, dès que cela devient une grosse utilisation, cela devient payant. Pour comparaison, googleform, gratuit, son modèle est que vous donnez à google plein d’informations qu’ils utilisent pour gagner de l’argent.

Il faut également voir que les données que vous partagez avec ces outils ne vous appartiennent plus nécessairement: par exemple, si vous utilisez wix comme boutique en ligne, votre fichier client appartient à Wix… Quand on se rappelle le prix d’un fond de commerce… Il faut bien réfléchir et ne pas payer « trop cher ».

Il faut également faire attention que ces outils ne facilitent pas nécessairement la récupération de vos travaux pour les refaire avec un autre outil. Par exemple, si vous faites des visuels avec Crello, vous récupérez des images non vectorielles… Pas vraiment exploitable par après avec un logiciel de dessin vectoriel.

Quelques limites

Enfin, lors du développement de votre activité, que j’espère réussi, il y aura peut-être un moment ou cela serait moins cher de payer un logiciel ou des développeurs pour faire votre propre communication, votre propre site sur mesure ou votre propre boutique en ligne.

Une autre limite importante, c’est surtout du coté des outils google: dé-googleliser internet est un vrai sujet. Je vous invite à regarder également les outils gratuits de Framasoft.
https://degooglisons-internet.org/fr/

Tags

Pas encore de réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *